Le festival EPI

Festival itinérant pluridisciplinaire, programmant des musiques et arts contemporains en Dordogne.

Même si son origine remonte aux premières pratiques musicales de l’humanité la musique improvisée se veut libre de toutes règles et contraintes, ou en tout cas cherche à s’en libérer sans toutefois vouloir en créer de nouvelles. Elle se veut aussi libérée de toute compétition, dégagée de toute autorité entre les participants : seules importent les interactions, par le sonore, entre les improvisateurs, le lieu de la performance et les auditeurs. C’est aussi une musique très ouverte sur l’humain avec tout que ce mot implique de poésie, d’émotion, d’énergie et de sensualité. Ce qui nécessite la recherche permanente de sonorités nouvelles, de techniques et de modes de jeu différents que l’artiste ira puiser très profondément et très intimement dans ses ressources internes. Défricheurs, suivant le chemin de la création, de l’innovation, les artistes n’assurent pas la musique décorative . Ils optent pour l’utilisation d’objets non musicaux, détournés de leur utilité habituelle, mais aussi percussions, instruments à cordes pincées ou frottées, ou frappées comme ceux produits par un apport continu d’énergie, instruments à vent cuivre ou naturels (bois, bambou, branchages…), voix. Le son est une vibration mécanique d’un fluide qui se propage sous forme d’ondes grâce à la déformation élastique de ce fluide. Les êtres humains que nous sommes mais aussi les animaux ressentent cette vibration grâce au sens de l’ouïe. Ouvrons donc grandes ces sens ô combien sensibles, mettons de côté, là, le temps d’un concert nos certitudes et nos connaissances passées, et laissons nous aller à l’écoute de l’instant qui passe, passe …

Se joignent à ces artistes des drôles de personnes visionnaires dont les sens visuels sont aiguisés à la perception du non vu, de l’intemporel et de la transparence du réel. S’exprimant par performances dansées ou installations éphémères, ces artistes sauront, le temps d’un concert nous ouvrir également les yeux comme dans un rêve…